Alexis Zorba – Vivre Libre!

As-tu jamais des envies folles que tu réprimes en te disant que c’est pas raisonnable, que ça ne te ressemble pas? Quelles sont tes excuses ou tes choix?

Oh on en parle beaucoup en ce moment de liberté, avec les confinements, le masque, le vaccin.

Donc, on parle de liberté individuelle versus bien commun? C’est comme ça en tous cas que les choses sont présentées. Mais on pourrait voir les choses dans l’autre sens. Le bien commun est peut-être une manière de garantir notre liberté individuelle?

Nikos Kazantsakis est un écrivain de l’intensité. Il écrit Alexis Zorba, LE roman de la vitalité et de la liberté à 60 ans. Un personnage qui ne s’emcombre pas de filtres.

Tu as peut-être l’image d’anthony Quinn, dans Zorba le Grec et son fameux Sirtaki. Film bien trop sucré et si loin de cette superbe déclaration d’amour à la vie qu’est Alexis Zorba!

Alexis Zorba commence par vivre, il réfléchit ensuite, il a toute la sagesse que le narrateur, « Souris papivore », qui ne cherche qu’à comprendre, ne comprendra que bien tard.

Un vieux grand-père de quatre-vingt dix ans était en train de planter un amandier. « Eh, petit père, je lui fais, tu plantes un amandier ? Et lui, courbé comme il était, il se retourne et il me fait : « moi mon fils, j’agis comme si je ne devais jamais mourir. » Et moi, je lui répond : « j’agis comme si je devais mourir à chaque instant ». Qui de nous deux avait raison, patron ?

Le parfum de la crête

Alors, un récit de la victoire de l’instinct. Quel exercice difficile de choisir un extrait à mettre en avant ici. En gros je mettrai tout le livre!

C’est un roman fou sur la folie de la liberté. Ou la folie nécessaire à la liberté. Une philosophie de la vie simple et le contraire de simpliste.

Nikos Kazantzakis

C’est un roman qui sent les plantes sauvages, un roman qui réchauffe. C’est un roman totalement attaché à sa terre.

Un roman de nomade. Alexis Zorba ne tient pas en place, le monde est trop grand. Il se fait balloté par la vie et par le monde avec bonhomie et gourmandise.

Un épisode sur ce personnage fou et son corollaire, sa liberté ! Pas d’éxercice cette fois, quel ens ça aurait de te mettre un exercice à faire sur la liberté, plutot une attention à ta soif de vivre.

Prendre ses responsabilités

Une invitation à remettre du choix dans ta vie à prendre tes responsabilités. Qui est ton dieux? Après quel mot cours-tu?

À quelle corde es-tu encore attaché ?

Pas d’exercices ici, si ce n’es que de questionner tes choix, tes croyances, tes réactions.

Que veux-tu? qui veux-tu être.

Si tu n’as pas encore écouté, dans l’épisode 1, je parle de ce qu’on se raconte sur soi.

Dans l’épisode 8,  j’évoque 4 questions qui t’aident à garder le cap.

Sur la tombe de Katzantsakis, ces mots qui résument tout :

Je n’espère rien, je ne crains rien, je suis libre !

La musique c’était Antonis Martsakis, avec son visage de statue grecque. Va voir si tu me crois pas.

Merci à Raymond Hosny pour la lecture!

Et pour partager, tu peux le faire en commentaire ou sur le groupe facebook. N’hésites pas à t’inscrire à la newsletter pour recevoir les petits cadeaux que j’attache à certains épisodes!