De la passion, de la résilience et une guerre

Tu te souviens de la guerre au Liban, les bombardementds à Beyrouth? Ces images de ville dévastée, les snipers, les otages. C’était des chrétiens contre des musulmans, des lignes coupaient la ville en 2. Une musique noire qui a accompagné notre enfance. On n’avait que ces images, destruction, mort, explosions… Ou parler de Passion et de résilience!

Il n’y avait pourtant pas que la mort, des gens y sont nés, comme raymond Hosny aujourd’hui vivant à Paris. Un acteur sauvé par les mots qui racontent. On s’est rencontré sur un tournage au Liban. Un tournage ou j’ai appris comme la guerre c’était aussi vivre la vie à fond. Vivre comme si tu allais mourir demain…

Raymond au-delà de la guerre, raconte ce qui l’a aidé, soutenu. Ce qui lui a permis de suivre ses rêves et continuer malgré toutes les difficultés. Et des difficultés, il en a eu.

Victime?

Et oui pendant une guerre il y a des victimes, et pas seulement les personnes qui perdent la vie. Comment ne pas devenir une victime quand tu subis de tels évènements?

Qu’est- ce qui peut t’aider à continuer, à rire, à chercher un sens qui ne soit pas lié à cette terrible expérience?  C’est ce que nous apprend Raymond qui a refusé de choisir un camp si ce n’est celui de l’humanité. Il y parle entre autre de l’amour, l’acceptation de ce qui s’est passé et que ça fera partie de toi, de l’évasion par les mots.

Un témoignage plein d’espoir et d’amour de la vie. Tiens, une espèce de Zorba, version douce et rieuse.

Pour ceux qui s’íntéressent de près aux question de thèatre documentaire, il a écrit une thèse que tu trouves ici : La création théâtrale contemporaine au Liban entre mémoire archivée et document fictif.

Si tu as une histoire de passion et de résilience, viens la raconter!

Si tu prévois un passage à Avignon cet été, pendant le festival, sois attentif ou inscris toi à la newsletter, je t’indiquerai les futurs spectacles de Raymond!

Viens donner ton avis dur le groupe facebook!