Une histoire de famille?

Comment se crée une oeuvre?

Comment l’artiste choisit-il un sujet ou les thèmes qu’il/elle va développer? Est-ce lié à ce que tu as vécut ou justement ce que tu n’as pas vécut? Est-ce que tu racontes ce que tu connais ou ce qui te passionne. C’est parfois équivalent mais pas toujours.

L’histoire de la famille de Güldem est romanesque. Enfin vu de l’extérieur, vu de l’intérieur, au-delà du romanesque, comment s’inscrire dans un mouvement, dans une lignée, dans des lignées, sans se perdre? Que faut-il accepter ou regarder pour s’en libérer et se tourner vers le monde?

Guldem Durmaz est réalisatrice et actrice. Elle joue avec le langage que ce soit avec un film muet, une langue inventée, un centaure. Elle cherche la poésie du quotidien. Dans son long métrage Kazarken, elle va à la recherche de ses racines, de sa nature, de sa vérité.

Il y a l’expérience de la visite improbable d’une prison Turque à 16 ans. Il y a aussi son film Kazarken, qu’elle a pris 13 ans à terminer.

Sa relation à la poésie, à la vérité, à ses terres. On y parle de transmission, d’histoires familiales, d’héritage singulier.  Une histoire de sensibilité, de découverte de soi, de curiosité.

Pour découvrir son monde, tu peux commencer par son site https://www.guldemdurmaz.com/

Pour les abonnés à la newsletter, tu recevras des liens vers les 2 court-métrages de Guldem. Inscris-toi à la newsletter, c’est facile, juste à droite de l’écran. En ce moment, il y a du mouvement et des projection de Kazarken. Je relie l’information sur le groupe facebook de l’odyssée de pénélope.

Et toi, comment cherches-tu ta vérité dans ton histoire?

N’hésites pas à réagir, laisse ton commentaire ou envoie-moi un mail penelope@penelopemalfilatre.com